Lettre ouverte

 

 

Mouvement citoyen (ne) Congolais

Appel à l’unité Nationale.

Cher Compatriotes, Je commencerai d’abord par remercier tous ceux qui ont le courage de soutenir le Mouvement citoyen (ne) Congolais, et aussi ceux qui ont eu le courage de me communiquer leurs pensées pour notre pays. Je sais grâce à vous, que je ne suis pas seul, qu’il y ait beaucoup d’autres Congolais qui partagent notre manière de penser.

Les conflits au Congo, n’est sont pas des batailles de tribus, de classes ou de couleurs. Elle n’est pas non plus d’ethnis, car nous sommes tous, d’abord Congolais, unis dans une même unique et riche culture, que fait de nous un peuple rayonnant parmi les nations. Notre bataille est un défi humain de toute une nation qui transcende les conflits de toujours, parce qu’elle promet de réconcilier l’homme congolais avec lui-même, avec son passé, son histoire, son avenir et sa nation.

Sachiez que les souffrances du Congolais et à propos du Congo ont existé avant la conférence de Berlin de 1885, avant la période coloniale, et ont continué à exister pendant l’indépendance, à travers les régimes et vont encore continuer à secouer tout le congolais, tant que nous ne trouverons pas les consensus sur les facteurs essentiels qui peuvent nous unir pour construire et développer notre nation.

La violence des régimes qui se sont succédés à la tête de l’Etat depuis 1960 se traduit d’abord par le réflexe autoritaire qui consiste à exclure arbitrairement tout le peuple de l’espace de représentation dans l’affaire de la nation.

Par-delà, la propagande gouvernementale, est indubitable, au vu de la diversité ethnique et culturelle du pays, que la cohésion nationale dont a besoin l’Etat congolais pour exister durablement ne saurait être une donnée immédiate puisque nous choisissons de rester dans nos divisions en laissant faire ceux qui profitent de notre état d’âme pour nous enfoncer dans la misère et pour piller nos richesses.

Mais c’est ce qui arrive quand on sacrifie la morale et l’intérêt national à l’appétit du pouvoir, c’est ce qui arrive aussi, quand ont introduit l’improvisation comme méthode de gouvernement et c’est ce qui arrive finalement lorsqu’on trahit son pays et son peuple .

Si nous souffrons aujourd’hui, c’est aussi bien entendu parce que nous ne sommes pas unis. Il n’existe pas d’unité nationale au Congo et il n’y a pas des forces qui unissent la population en une unité nationale pour amener tous congolais à la construction de notre chère nation. Nous ne pouvons pas faire comme si ces longues années des divisions internes n’avaient pas eu lieu.

Les méfaits du tribalisme et du régionalisme dans la nation n’a fait que faciliter la corruption dans toute les couches de la société congolaise et à donner l’espoir aux agresseurs extérieures en leurs facilitant la tâche pour nous diviser, dominer, et dérober nos richesses des sous-sols, pendant que nous sommes diviser dans les distractions inutiles. Chacun a son point de vue sur les raisons qui ont conduit à cette division.

Mais c’est vers l’avenir que nous devons maintenant nous tourner. C’est bien sûr une tactique bien connue dans le milieu de ceux qui sont avertis, « diviser pour mieux régner ».

Il est important de bien se souvenir que l’unité ne se traduise pas seulement par des slogans nationalistes, même si elles sont une étape nécessaire à la transformation sociale, et démocratique d’une nation. Car, aucune société, aucune civilisation ne peut s’épanouir en dehors de l’unité, de la justice, du droit et de la liberté de tous les citoyens.

Ce que le Congo a besoin aujourd’hui, c’est plutôt, un état fort et moderne, un état responsable, imbu de ses devoirs envers le citoyen et sa famille. L’enjeu du moment, c’est celui de l’unité et de la cohésion en s’élevant au-dessus des blessures du passées, pour faire face aux agressions et aux manipulations internes et externes que nous subissons tous aujourd’hui, et pour en finir avec les divisions qui nous empêchent de nous unir.

Les temps que nous vivons sont sans doute les plus difficiles de notre histoire, mais tout n’est pas perdu dans ce pays qui se trouve une fois de plus à la croisée des chemins des changements.

Je n’ai aucun doute que c’est avec vous, mes chers compatriotes, que notre pays va retrouver ce second souffle qui annoncera pour chacun de nous le commencement d’une ère nouvelle dans notre pays, faite de responsabilité et de partage de tache pour qu’enfin le congolais soit maitre de son avenir et de son destin.

Il faut bien sûr finalement s’interroger sur les causes profondes de cette destruction programmée du Congo et de ses institutions, en prêchant l’unité dans le but de garantir la permanence des intérêts de la nation pour éliminer l’inégalité dans nos sociétés.

C’est ne pas aujourd’hui que les envahisseurs ont mis en place des stratégies à éliminer toute les mouvements nationalistes de la scène politique en confiant le pouvoir à une minorité pour contrôler la majorité et exploiter nos richesses au nom d’une philosophie qui ne veut pas s’identifier, mais qui s’abrite derrière les divisions, pour détruire ce qui reste de ressources aux forces créatrices de la nation. Les institutions qui servent de garde-fou et de rempart dans toutes les démocraties, sont en voie d’anéantissement, qu’il s’agisse de la justice, de l’éducation, de la santé et surtout du droit à la vie.

Il incombera à chacun, à quelque camp qu’il appartienne, de sauver ce que l’on s’acharne tellement à détruire. Nous sommes bien en effet, en présence d’une crise multidimensionnelle qui relève de la responsabilité collective et dont la compréhension requiert autant de sérénité que de courage, autant de bonne volonté que d’oubli de soi pour améliorer nos conditions et pour mettre les structures nouvelles d’une nation de justice, de droit et de démocratie.

En effet, comment peut-on avoir un esprit de démocratie, d`égalité et de justice tout en utilisant des instruments des divisions inégalitaires, anti-démocratiques et injustes?

L’heure a sonné de redécouvrir les valeurs de solidarité humaine et de l’unité, car la grande aventure des hommes reste au fond la même, surtout quand les faux prophètes s’imaginent que la destruction et la division des Congolais sont les seules voies qui mènent au pouvoir, à l’abondance, et à la fortune. Dans cette conjoncture exceptionnelle, j’invite tous les Congolais, qu’ils soient Mukongo, Muluba, Mu-swahili ou Mongala, de droite, du centre ou de gauche, à faire preuve d’unité pour qu’enfin nous puissions mettre les fondations d’une nation forte et puissante pour lutter contre les injustices sociales. Les défis sont immenses, je le sais, mais, ils sont bel et bien à la mesure de nos qualités et nos espérances. Mon but aujourd’hui est de contribuer á un véritable ajustement social et politique au Congo, permettant á tous Congolais de participer au développement durable de notre nation. Je salue aussi la grande détermination de cette génération à faire face à cette agression et sa résistance courageuse pour faire payer un lourd tribut aux envahisseurs et aux agresseurs internes du Congo.

Le sang versé par notre peuple réclame de nous une rapide fin de la division actuelle et de réaliser l’unité nationale. Il faut réengager un dialogue national sur la base des principes de l’unité nationale et du choix démocratique que nous avons à faire.

J’appelle donc tous les Congolais, les citoyens du pays épris de liberté et de bien être à poursuivre notre mobilisation contre les agressions extérieures, les injustices sociales internes et toute forme de manigances pour garder le congolais dans la divisions en massacrant nos frères et sœurs sans impunités partout à travers la nation.

Le Mouvement citoyen (ne) Congolais soutient le peuple Congolais dans sa lutte pour la réalisation de l’unité nationale et le respect des droits humains. Le M.C.C est conscient que les institutions en place ne satisfaits plus aux aspirations de la population, que les injustices sont flagrantes, que la corruption est devenue insupportable.

Peuple Congolais, nous avons un mot à dire et ce sera: Nous voulons un changement réel au Congo et croyez-moi, nous avons le dernier mot. Soyons un peuple uni pour construire le Congo.

Hubert Bemile Mavinga

Le 08/08/2011

 

 

2 Réponses à “Lettre ouverte”

  1. free rapidshare premium account dit :

    Well, all things considered…

  2. Free Rapidshare Premium Account dit :

    Thanks :)

Laisser un commentaire

 

Syndicat F.O des territoria... |
SunsystemsRéunion |
La retraite ça se prépare |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Monde d'un Blog qu'on Gobe
| Cession et acquisition de s...
| société & management